Pourquoi la suppression des aliments n'est pas la solution ?

Vous pensez que vos choix alimentaires vous empêchent de vous sentir en pleine forme. C’est possible.

Vous avez pris la décision de supprimer tous les aliments qui vous semblent  mauvais, ou qui vous empêchent de maigrir ? 

Et si ce n’était pas une si bonne idée …

Dans tout accompagnement santé bien-être arrive toujours le moment où je parle de nutrition avec mes consultantes. Et là, le discours est souvent identique :

– Vous savez, je ne mange vraiment pas bien  et surtout je n’arrive pas à supprimer « tel » ou « tel » aliment. C’est plus fort que moi !

Alors quand je leur explique que je ne vais pas leur demander de supprimer des aliments, mais plutôt d’en rajouter, je les sens rassurées.

 

Pourquoi je ne parle jamais d ' aliments interdits ou à éviter ?

 Je ne suis pas favorable à la suppression d’aliments, ou d’autres  choses. Je pense que ce n’est pas la solution sur le long terme,  pour plusieurs raisons : 

  • Elle peut entraîner des carences nutritionnelles. En dehors de certains produits qui n’apportent rien à part des calories,  tous les aliments contiennent des nutriments essentiels, tels que des vitamines, des minéraux et des antioxydantsSi vous supprimez des éléments  de votre alimentation sans avoir une vision globale de vos apports,  vous risquez de créer des carences qui peuvent avoir  un impact négatif sur votre santé physique et émotionnelle. 
  • Le risque est grand de provoquer  des fringales, des envies  et du stress. Lorsque vous enlevez brutalement certains aliments, votre corps peut réagir en vous faisant comprendre qu’il n’apprécie pas du tout le changement. Les manifestations sont alors nombreuses ( faim, fatigue, nausées ou maux de tête …), particulièrement en cas de diminution des glucides ou du sucre en général
  •  Ces restrictions influencent également votre moral, votre énergie mais également votre poids. Les frustrations ressenties vont augmenter la production des hormones du stress ( comme le cortisol ).  En fonction de votre état de forme, votre corps peut faire le choix de vous protéger en bloquant votre perte de poids, pour éviter les carences. Ces mêmes carences diminuent la production de certains neurotransmetteurs qui vous apportent la motivation, la sérénité avec comme conséquence directe une augmentation de votre  mal-être
 
  • Enfin, elle impacte votre relation à  la nourriture . Lorsque vous commencez à considérer certains aliments comme « interdits », vous risquez de développer une relation négative avec la nourriture. Cela peut entraîner des troubles de  l’alimentation, tels que l’anorexie ou la boulimie, ou l’orthorexie … ou quand manger sainement devient une obsession.

 

Pourquoi il est préférable de commencer par ajouter certains aliments ?

C’est en tout cas ce que je préconise lors de mes accompagnements, en vous proposant d’intégrer à votre alimentation des « aliments + », qui vont optimiser le fonctionnement de votre organisme.

 C’est le principe de l’alimentation fonctionnelle : des produits riches en nutriments qui permettent à votre corps de  fonctionner de façon optimale. Les aliments fonctionnels ayant également un effet positif sur le stress,  il devient plus facile de baisser sa  consommation d’aliments réconfortants, mais moins intéressants sur le plan nutritionnel. Comme vous le voyez, pas de suppression. On parlera plutôt d’ajustement. 

C’est lors du rendez-vous Naturo qu’il est possible de déterminer les aliments qui peuvent être bénéfiques pour votre santé et votre équilibre, en fonction de votre mode de vie et de vos besoins.  C’est une analyse  personnelle et unique , entre vous et votre physiologie. C’est pour cela que les conseils généralistes n’ont souvent que peu d’effets. 

Et surtout, votre bien-être n’est pas qu’une histoire d’alimentation. C’est un facteur extrêmement important, tout comme le sont votre équilibre émotionnel, votre repos, votre activité physique, vos schémas de pensée... Tous ces éléments s’influencent mutuellement et impactent directement votre énergie, votre humeur, votre immunité, bref votre qualité de vie. 

Alors, on supprime ou on ajuste  ? 

A bientôt, 

Anne

Retour en haut