Investir sur soi pour durer

Se préparer au temps qui passe

L'image reprend le titre : investir sur soi

Investir sur soi, c’est accepter d’être LE responsable de sa vie. C’est se choisir en priorité, chercher à s’améliorer et à s’accomplir. En naturopathie, cet investissement prend la forme d’une meilleure connaissance du fonctionnement de notre organisme et des mécanismes de notre santé, y compris dans le cadre de la prévention du vieillissement. C’est ainsi que nous pourrons être attentifs aux premiers signes de l’âge et ainsi adapter notre hygiène de vie et nos comportements au quotidien. C’est aussi garder ou reprendre les clés de notre « maison », notre corps.

Du vieillissement à l’anti-âge : la tyrannie du bien vieillir

Le vieillissement n’est pas un terme très vendeur et on lui préfère souvent l’expression  » anti-âge  » . La vieillesse n’a pas vraiment la cote dans nos sociétés. Michel Billé et Didier Martz, les auteurs d’un ouvrage intitulé « Bien Vieillir » se sont penchés sur ce qu’ils assimilent à une pression collective : l’obligation de bien vieillir pour correspondre aux normes et aux attentes de nos sociétés. En voici un extrait : 

Avec tous les services qu’il rend – et de manière privilégiée aux classes moyennes et supérieures –, le « Bienvieillir » place les individus dans des situations incongrues – « on ne sait plus à quel saint se vouer » –, transforme la vieillesse en marché et maintient les mêmes individus en situation de consommateurs jusqu’à la mort – …..-  comme « le vieux nous renvoie l’image de ce qui va nous frapper ou nous enrober ; alors il importe de l’éroder, de le transformer, de le rajeunir ». Et pour ceux qui n’y parviendraient pas, il suffit de les cacher aux regards en les enfermant dans un lieu préservé et surtout uniformisant, ou en les isolant dans des domiciles reculés : dans les deux cas au bord d’un désert sociétal.

La prévention du vieillissement ou l’espérance de vie en bonne santé

Pourtant, le vieillissement est inéductable. Nous commençons à vieillir dès notre naissance et nous espérons vivre le plus longtemps possible. Longtemps, mais dans quelles conditions ? 

J’ai eu occasion de m’intéresser à l’ IVSI, l’indice de vieillissement sans incapacité  lors de l’écriture de mon mémoire de naturopathie et de cette  publication : la prévention anti-âge, pourquoi ? Cet indice, également appelé espérance de vie en bonne santé, indique l’âge  que nous  pouvons espérer atteindre sans incapacité, sans sans perte d’autonomie :  65,9 ans dans mon cas, pour une espérance de vie de 85,1 ans.

La prévention du vieillissement : un enjeu majeur pour l’Organisation Mondiale de la Santé

L’OMS définit la prévention comme « l’ensemble des actions menées dans le but d’améliorer la santé publique ». L’objectif de ces actions est d’éviter ou de retarder l’apparition de maladies ou de troubles, pour permettre le maintien à domicile le plus tard possible. Déjà, en 1997, le Docteur Hiroshi Nakajima, directeur de l’OMS, estimait que « sans qualité de la vie, une longévité accrue ne présente guère d’intérêt (…), l‘espérance de vie en bonne santé est plus importante que l’espérance de vie ». La même année, lors de son allocution à la 50èmeAssemblée Mondiale de la Santé, il ajoutait : « La prévention doit être reconnue comme le principe directeur des politiques de santé publique ».  Pour info, la « Décennie du vieillissement en bonne santé », pour 2021-2030, a été instaurée par l’Assemblée générale des Nations Unies.

 

World report on ageing and health
World report on ageing and health : OMS

J’ai envie de vieillir bien pour moi, pas pour les autres

Alors, bien vieillir, pression ou nécessité  ? Pour  moi, ce n’est ni l’un, ni l’autre.  J’ai juste envie de pouvoir faire ce qui me plait le plus longtemps possible  ( comme Johanna Quaas, la dame de la vidéo : )

Depuis des années, je m’intéresse aux différents processus du vieillissement. J’ai toujours été fascinée par les personnes qui arrivent, à un âge avancé, à maintenir des capacités physiques et intellectuelles exceptionnelles. Certains écrivent, d’autres fabriquent ou réalisent des performances sportives. Sur d’autres enfin, le temps ne semble pas avoir de prise et ils demeurent très peu touchés par les rides et les cheveux blancs. En parallèle, nous observons tous les jours des personnes qui subissent un vieillissement prématuré, un développement de pathologies à l’origine des situations de dépendance.  Comment expliquer de telles différences ?

Modes de vie, alimentation, lieux d’habitation ? S’il existe des endroits, des cultures qui semblent avoir une influence bénéfique sur le vieillissement, on trouve tout de même ces personnes un peu partout sur la planète. Alors j’ai envie de penser que nous avons  un rôle important à jouer dans notre façon de prendre de l’ âge. Qu’au-delà de la génétique et de certains paramètres non modifiables, nous pouvons changer une partie des données, en investissant sur nous-mêmes.

La naturopathie pour un vieillissement actif et en bonne santé

C’est pour cela que je me suis intéressée à la naturopathie. J’ai toujours été adepte des solutions les plus naturelles possibles. J’aime savoir ce que je consomme, ce que j’utilise et l’impact que cela peut avoir sur moi (certainement un vieux trauma d’allergique : )

La naturopathie met l’accent sur une prévention naturelle, qui passe par :

  • une activité physique régulière
  • une alimentation riche en bons nutriments et en anti-oxydants,
  • une attention particulière à notre état de stress et à nos émotions,
  • le maintien d’une activité intellectuelle importante. 

La naturopathie n’a pas vocation à soigner. Son intérêt réside donc dans la mise en place de changements, avant la manifestations des premiers signes de pathologies, grâce à des conseils adaptés aux besoins spécifiques et au mode de vie de chacun. Mais surtout, il y a  l’idée d’instruire, dans le sens de « mettre en possession de connaissances nouvelles «, qui seront utilisables ensuite de façon autonome.

chemin de vie

C’est ainsi que je vois le rendez-vous Naturo : le temps d’un entretien,  c’est l’occasion de  se (re)connaitre, de découvrir ses points forts et ses fragilités, pour mieux se prémunir dans le temps. C’est aussi accepter que la vie n’est pas faite d’un seul chemin et qu’il est souvent nécessaire de faire des ajustements pour mieux rebondir.

Que faire lorsque les premiers changements dus à l’âge se manifestent ? La solution est peut-être  est d’accepter le message qu’ils nous envoient et de prendre ensuite les bonnes décisions qui s’imposent, pour bien continuer le voyage.

A bientôt,

Anne

Sources :

Billé, M. (2018). La tyrannie du bien vieillir. Toulouse: ÉRES.

OMS: https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/ageing-and-health

INSEE. (2021, décembre 12). Indicateurs de richesse nationale. Récupéré sur insee.fr: https://www.insee.fr/fr/statistiques/3281641?sommaire=3281778#graphique-figure1

Numéro 1213. (2021, octobre). Récupéré sur dress.solidarites-sante.gouv.fr: https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2021-10/ER1213.pdf

 

Retour en haut